19 novembre 2017

Le son du jour qui te reste dans la feuille

Spéciale dédicace à l'ami Lest(a)t, qui a tendance à en pincer pour ce qui est féminin et chante gentiment des chansons bien foutues.


Rickie Lee Kroell est allemande, elle est même munichoise et vous n'en avez jamais entendu parler.

17 novembre 2017

Un Ami qui vous veut du Bien


Il y a le bien connu « ami noir » : celui qu’une personne accusée de racisme invoque pour se disculper. L’ami noir se décline en ami arabe ou en ami homosexuel selon les circonstances. A noter au demeurant : l’alibi de l’ami noir, pourtant imparable du point de vue du sens, est néanmoins disqualifié d’office, écarté d’un revers de manche sans autre forme de procès. Personne n’ira vérifier si vous avez effectivement un ami coloré, ou gay, ou si c’était du bluff. Le simple fait d’avoir usé de l’argument, même vrai, ne fait que vous enfoncer, et prouve s’il était encore besoin votre racisme congénital.

A côté de « l’ami noir », posons à présent le concept de l’Ami du Noir. L’Ami du Noir, c’est ce Blanc qui lui non plus, ne compte pas nécessairement de Noir dans son entourage, mais qui pourtant est extrêmement sensible à ce que ce Noir se sente bien. Prévenant, il oeuvre à un monde où rien ne pourrait froisser un Noir si d’aventure il en entrait un dans sa vie.

Pour ce faire, l’Ami du Noir a une conscience raciale aigüe, il anticipe tout ce qui, dans les discussions et dans le débat public, pourrait mécontenter une personne de couleur. En soirée, si dans le vif de la discussion quelqu’un demande à l’Antillais assis dans le canapé ses origines, l’Ami du Noir intervient : « il est Français voyons ! Pourquoi demandes-tu ça à lui et pas à moi ? ». Mieux que le Noir lui-même, l’Ami du Noir conçoit la douleur d’une telle question – douleur inexplicablement supérieure à celle du Toulousain à qui l’on demanderait d’où vient son accent. 

L’Ami du Noir, lui aussi, existe en version « ami du Gay ». A la même soirée, s’il entend dans son dos deux types se traiter « d’enculé » pour rigoler, il s’interpose et les prie de choisir un autre vocabulaire, un juron qui ne stigmatise aucune pratique sexuelle librement choisie. Pas par égard pour l’éventuel homo qui rôderait dans la pièce, mais pour lui-même, dont les oreilles progressistes ne souffrent plus de telles offenses. Seul, avec ses petits bras, il s’est mis en tête de faire évoluer la langue française vers quelque chose de plus gay friendly.

16 novembre 2017

Courrier des lecteurs : Le temps des Eurydice, par François Sanders


 
- 1, 2, 3, Soleil ! - Ah mais t'es vraiment trop con Orphée !

Accidental : néologisme qualifiant l’accident de civilisation qu’est l’Occident moderne, autrement appelé : bob monde, ou donc : monde accidental.

       C’est Homère, avec Ulysse, qui invente la nostalgie. Elle est primale. Il s’agit de revivre son passé dans la réalité. Ulysse se souvient moins qu’il ne revient. La fable en raconte l’histoire.

La nostalgie par le souvenir lui succède. Considérer son passé appartient au temps orphique, c'est-à-dire au temps légué par Orphée dont le mythe estime que s’arrêter pour se remémorer dessille celui qui préfère s’illusionner. Le retour des ombres n'est pas possible : ce qui l’est, c’est de se retourner sur elles. Les aviver n’est permis que par le recueillement. Alors la fable ne suffit plus, il faut une abstraction supérieure pour ne plus seulement toucher les corps, mais atteindre à l’âme : c’est la poésie. Elle ouvre chez les Grecs la voie à la musique qui prononce en notes ce que disent les mots. Le verbe succède définitivement à la parole.

14 novembre 2017

Choses vues au Globalistan - 4

Sainte paysanne du Forez – Miladzeu ! 

Je porte à l’attention générale la sortie d’un puissant film sur ma terre natale – les montagnes du Forez, entre Saint-Etienne, Lyon et l’Ardèche : « Sans adieu », de mon compatriote Christophe Agou († 2015 ), mort peu après l’achèvement du premier montage du film. Ce documentaire montre le monde de mes racines – celui de paysans, petits fermiers, vieux travailleurs, solides et dignes, dont les cours de ferme ont toujours une vieille 4L ou une Ami-6 qui rouille en guise de poulailler.

13 novembre 2017

Le survivant qui en faisait tout un Bataclan

Hey Joe (http://joebauers.fr) 

Vendredi 13/11/15. 21h20, Saint-Denis, aux abords du Stade de France : une explosion, puis deux, puis trois. 21h25, Paris : des terroristes arrosent à la kalach les terrasses des cafés du 11ème arrondissement.  21h40 : un 3ème groupe débarque au Bataclan pour faire pleuvoir le death metal. Deux ans après ce triptyque terroriste, le CGB fait ses devoirs de mémoire en compagnie d’un survivant du Bataclan : Joe Bauers.
Joe Bauers, avait livré son témoignage en ligne un an après le carnage, avec un titre à balle réelle logé dans la chambre : Vous aurez ma haine. Il est 21h40. Entrée de Joe.
Interview nulle part ailleurs.

Joe, tu es un rescapé du Bataclan, c’est le 13 novembre 2017. Doit-on te souhaiter un bon anniversaire ?
Mon anniversaire de survie, de nouvelle vie, pourquoi pas.

Pornographie mémorielle



Merci, un peu plus sur la droite.

Au milieu des années 80, dans un climat toujours pesant de guerre froide finissante, un chanteur anglais pour ménagères s'interrogeait et espérait que les russes aiment aussi leurs enfants. Dans sa chanson Russians, Sting remettait ainsi en doute les grands discours des acteurs principaux (Mr Kroutchev, Mr Reagan) et préférait remettre ses espoirs de paix entre les mains des peuples, qui vivaient depuis plusieurs décennies sous les menaces d'apocalypses nucléaires régulièrement brandies par les premiers cités. Ce ne serait pas venu à l'idée du bêlant d'interroger les liens filiaux ou paternels de Kissinger, de Béria ou de Staline, de savoir si tel ou tel chef de guerre, coupable de crimes contre des populations civiles en Angola, au Vietnam ou en Afghanistan; était une fois l'arme lourde froide, un bon fils aimant. De réunir bourreaux et victimes dans l'amour qu'ils pouvaient porter à leurs fils ou à leur maman.

11 novembre 2017

Renaud Camus, Norman de l'apocalypse


Une particularité, pour ne pas dire drame des tubes, c'est de tout rendre dérisoire, de transformer le monde entier en troll.

Prenons ce pauvre Henry de Lesquen, le national-libéral à particule, celui que vous imaginez sans peine rudoyer sa femme de ménage espagnole. Polytechnicien, horloger, grenouillant dans les cabinets ministériels, patron de Radio Courtoisie (la radio des vieilles dames qui font des fausses routes en buvant leur thé), toujours tiré à 4 épingles et distribuant les amendes pour anglicisme, qui aurait pu imaginer qu'il terminerait sa carrière en troll internet, en  idole cringesque du 15-18 ?

Regardez, là Renaud Camus. Certes,

7 novembre 2017

Accusations : Tariq Ramadan recadre sévèrement Jean-Jacques Bourdin

Pour la première fois depuis le début de l'affaire, Tariq Ramadan s'est exprimé au micro de Jean-Jacques Bourdin, invitant chacun à peser ses mots et à prendre ses responsabilités face aux accusations proférées.



5 novembre 2017

Choses vues au Globalistan -3

Depuis la Périphérie. 05 novembre 2017 

Cérémonie de purification par le thé depuis le balcon
d’un loft sécurisé d’une métropole du Tiers-monde

Caroline – « Caro » pour les ami-e-s – fait attention à son poids pour des raisons éthiques. Elle est sur Terre pour ne pas gêner et pour aider les autres. Elle n’est pas chrétienne pratiquante. À la rigueur, elle est une chrétienne culturelle, qui aime visiter les églises, y trouver des bonnes vibes, mais tient Jésus pour un homme, certes avec une certaine sagesse, mais rien qu’un homme. Point barre.

Bien sûr, elle est vegan et réfléchit ces derniers-temps à passer au « sans-gluten ». Les Pâques, pour elle, c’est l’occasion d’un jeûne qui allie santé et une spiritualité centrée sur le bien-être. Son bien-être à elle. C’est son objectif spirituel de l’année. Chaque matin, avant son yoga, elle commence par boire un graaaaaand verre d’eau pour faire « démarrer son corps », comme elle dit en insistant bien sur le « son ».

Dès son 1er jour de taf, Trump annule un accord libre-échangiste. Toi Président, tu ferais quoi?